Maladies Parodontales Et Diabète

Le diabète est une maladie caractérisée par une absence de production d'insuline, ainsi qu'une utilisation impropre de cette dernière. L'insuline est une hormone indispensable, qui permet au corps d'assimiler le sucre, l'amidon et d'autres aliments nécessaires au quotidien. Un peu plus de 2 millions d'enfants et d'adultes sont affectés par le diabète en France: plus de 16% d'entre eux ne savent pas qu'ils sont touchés par la maladie.1 Plusieurs études récentes ont démontré que la parodontite était souvent associée au diabète, et pouvait être considérée comme l'une de ses complications chroniques. Une étude récente effectuée sur 200 patients a tenté de faire le lien entre le diabète et la parodontite. Les résultats indiquent que les personnes diabétiques sont plus susceptibles de développer des maladies parodontales que les non-diabétiques.2

Différents facteurs sont à prendre en compte pour prévenir les parodontites chez les patients diabétiques et déterminer un traitement le cas échéant, comme le contrôle de leur métabolisme glucidique, leur type de diabète, la présence d'autres complications à long terme du diabète, la présence de facteurs de risque concomitants et leur état de santé général.

Les efforts doivent se concentrer sur l'élimination des bactéries et du biofilm bactérien, présents au-dessus et au-dessous du liseré gingival. Pour ce faire, un détartrage, un surfaçage ainsi que de bonnes habitudes à domicile sont essentiels. Le traitement doit se concentrer sur la prévention des maladies parodontales et des inflammations buccales, essentielle pour le traitement des complications bucco-dentaires associées au diabète. Et, parce que les bactéries sont souvent la cause des gingivites, même chez les personnes en bonne santé, dont le diabète est sous contrôle, les patients doivent être particulièrement soucieux de se brosser les dents deux fois par jour avec un dentifrice antibactérien et d'utiliser régulièrement le fil dentaire.

© Copyright 2011 Colgate-Palmolive Company

Références
1. Source Union Français de la Santé Bucco-Dentaire.
2. J Periodontol Mar; 76(3):418-25.

AUTRES ARTICLES VOUS POUVEZ AIMER